Dernière conférence de presse de la journée, le DJ allemand a souffert de la concurrence sonore de CSS sur scène. L'occasion de le croiser, en toute intimité, pour la promotion de son dernier album « Icke Wieder » sorti le 3 juin dernier. Ou comment l'exercice touche ses limites…


Paul KalkbrennerCapuche noir sur la tête, l'artiste mâchouille son chewing-gum nonchalamment  en alternant Anglais/Français aussi habilement qu'un guide touristique. Le poil est ras et la cigarette sert d'alliance éphémère à l'index. Coincé sur un mini-canapé sombre, l'artiste feint de s'impatienter… 5 minutes qu'il est là et le temps file. Oui mais voilà, parmi les journalistes (en majorité des jeunes), personne n'ose. Fanzines ? Webzines ? L'assistance, gênée, regarde ses pieds.

Un valeureux s'élance tout de même, porté par les regards suppliants de ses confrères, dans un Franglais approximatif. L'artiste comprend la situation. S'en amuse. L'aventurier semble le plus "anglophone" de l'équipée. « Quelles sont mes influences ? Mmm. Le silence… » Rires dans la salle. Pour ceux qui comprennent, tout du moins, car l'artiste - facétieux - adoptera le second degré et les réponses volontairement concises. « Un souhait ? », lance - hasardeux - un autre. « Finir les festivals de l'été pour enfin rentrer en Allemagne. Next one ? » , sourit l'intéressé. Gros silence. « Vous aimez cet endroit ? », surenchérit enfin un autre.  « Oui, mais j'aime aussi les autres… », répond-il.

Nous n'en saurons pas plus, le manager ayant achevé (dans les deux sens du terme) la conférence de presse. A ceux qui prétendent que les DJ'S n'ont rien à dire, eu égard à l'absence de paroles de leur musique, Paul Kalkbrenner a inversé les rôles l'espace de 15 min. Une situation qui, si elle a fait beaucoup rire ses amies allemandes du fond de la salle, ne semble pas avoir gênée nos deux journalistes. Aussitôt la conférence de presse achevée (dans tous les sens du terme), les deux compères se prennent en photo - avec leur iPhone - aux côtés de l'artiste qui, pas rancunier pour un deutschemark, explose de rire et convie l'ensemble à faire le match retour devant son concert à 23h20.

Fair-play, le gars.


> Paulkalkbrenner.net
> Myspace



Retour à l'accueil