Malgré des albums aux sonorités variées mais toujours posées, Keren Ann se lâche sur la scène de l'Industrie en ouvrant son concert sur un morceau rappelant Pink Floyd. Idéal pour ce début d'après-midi entre nuages, pluie et éclaricies. A l'image de son oeuvre...



Keren AnnEntourée de musiciens talentueux, Keren Ann s'ouvre totalement en live pour nous livrer des versions revues de ses morceaux. De quoi (re)découvrir des compositions aux multiples couches enivrantes, sorte de mille-feuille élégant et posé.

Keren Ann voyage beaucoup (la chanceause a une carrière internationale). Un voyage poursuivit à même la scène où l'on entend, à la manière des Impressionnistes, quelques touches de blues, de rock et d'électro.

Malheureusement, si le public répond présent dès les premières notes, la chanteuse Franco-Hollandaise trouble par son absence de communication à base de « yo, yo, yo ! » énigmatiques.

Un
ton minimaliste qui colle magnifiquement au teint de la belle et un show qui n'a jamais aussi bien porté la définition du mot "parcimonie" : ce noble principe qui consiste justement à n'utiliser qu'un minimum de causes élémentaires pour expliquer un phénomène.



>
Site officiel
> Myspace officiel


Retour à l'accueil