Quand les équipes sont-elles arrivées sur le site ?
Le traçage s’est effectué le 3 août. Nous avons rapidement attaqué le câblage dans la foulée. Les équipes sont ensuite arrivées au fur et à mesure des besoins. Mi-août, le catering était ouvert… C’est une arrivée plus en amont que certains autres festivals, parce que – en raison de la classification du lieu – nous devons organiser la sécurisation de l’espace et travailler à des plannings de circulation pour éviter de monopoliser tous les camions en même temps.   

N’est-ce pas trop difficile avec la pluie ?
Nous venons justement d’avoir une réunion là-dessus ! Comme chacun sait, il y a eu beaucoup de pluie au mois de juillet. Le sol était donc meuble… Mais tout roule ! Et 2007 fut pire côté « montage pluvieux ». Heureusement, à l’exception du dimanche soir de l’édition 2010, il n’a jamais vraiment plu pendant le festival, même si le temps incertain actuel ne permet pas encore de se prononcer sur ce que nous aurons en fin de semaine.

Nouveauté cette année : une 4e scène. Une option déjà évoquée en 2010…
Exactement, mais nous n’avions pas encore trouvé la bonne formule à l'époque. En tout cas, cette nouvelle scène est vraiment « un plus » : elle a de la personnalité, coincée en quinconce avec son mur de pierre et sa verdure. Idéal pour varier les expériences et les plaisirs. Idéal pour éviter que la cascade – plus beau lieu du festival – ne soit plus un lieu de passage. D’ailleurs, nous y avons créé une guinguette ! Je pense que c’est ici que je vais passer le plus clair de mon temps... 

La scène « Pression Live » ! Ce type de co-branding – très anglo-saxon – est assez rare en France…
J’ai toujours pensé que des partenariats privés pouvaient s’effectuer, si c’est réalisé en bonne intelligence. Contrairement au sport, peu de marques misent sur la musique… C’est dommage ! Et ça ne dévoie pas notre première mission : programmer. D’autant que, et c’était la condition sine qua non, le partenaire n’a pas de regard sur la programmation… Chacun son métier !

C’est une solution également pour garantir l’équilibre financier du festival ?
Oui, même si, chose que nous n’avions pas fait depuis 4 ans, le prix du billet a quand même augmenté… Nous restons tout de même moins cher que les festivals européens de même importance. Une chose dont je suis fier : nous ne recevons que 16,5 % de subventions publiques (soit environ 1 million d’euros sur les 6 millions du budget total), quand d’autres en ont 40 % ! 1/3 du budget total finance l’artistique, 1/3 l’exploitation du site et enfin 1/3 prend en charge la communication et les différentes taxes. Pour être rentable, il nous faut donc vendre entre 80 et 90 % de notre jauge.

Pourtant, difficile de vous comparer à d’autres modèles hexagonaux…
Parfois, nos fournisseurs sont effectivement plus chers, du fait de notre localisation dans la couronne parisienne. Et puis, il y a d’autres contraintes, comme SFR qui doit installer – pour la première fois cette année – une antenne relai pour maintenir un réseau téléphonique stable... C’est pour cette raison que je suis heureux des efforts que nous effectuons en terme de Développement durable (ce qui a également un coût non négligeable !). L’année dernière, nous avons en effet réalisé environ 9 % de tri utile, grâce à un partenariat avec Coca-Cola. Un effort que nous fournissons également pendant le montage en planifiant par exemple des procédures d’enlèvement groupées. Nous avons même créé une plateforme pour alimenter plus rapidement les toilettes sèches…

Autre particularité : les différentes activités développées autour des concerts (Rock Folio, Rock Art, etc.)
Rock Art, c’est un bon exemple ! Le résultat de cette année est encore une nouvelle fois incroyable… L’idée, je l’avais dit, me venait notamment du livre « Art Of Modern Rock » (Dennis King & Paul Grushkin). Quand je leur ai envoyé ce que nous faisions, les auteurs étaient scotchés. Peut-être que pour les 10 ans, nous ne ferons intervenir que des dessinateurs américains… A voir ! En tout cas, ça a donné des idées à d’autres, comme nos amis du Bestival (île de Wight) qui m’ont demandé s’ils pouvaient s’en inspirer.

Parlons de l’artistique… Le concert de Simple Plan est-il annulé ?
Pas du tout ! Ils le disent d’ailleurs eux-mêmes sur les réseaux sociaux (et en Français !). Ils sont désolés pour Nîmes, mais seront bien présents à Saint-Cloud. D’autres font d’ailleurs leur retour cette année, comme par exemple CSS, The Horrors… Dave Grohl ! Ce sera la troisième fois pour le membre de Foo Figthers. Il faut avouer que nous avons une histoire particulière avec lui, comme avec Arcade Fire. Préparez-vous à un show incroyable… Ils ont beaucoup travaillé la scénographie et mis le paquet niveau lumières et effets !



Retour à l'accueil