Myra Lee, c'est avant tout une voix, celle de Maud Nadal. Mais aussi un univers musical emprunt de douceur, intelligence et mélodie. Le tout est à découvrir dans un EP fraichement sorti, « The Flame In Eye ».

Le concept Myra Lee, c'est quoi ?
C'est mon projet solo. Ca fait un peu plus d'un an que ce projet existe. Et plus ça va, plus j'ai l'impression d'avoir trouvé la formule idéale... Parce que sur scène, c'est aussi un groupe. Et j'ai vraiment la chance d'être entourée de musiciens très talentueux !

Pourquoi ne faudra-t-il absolument pas manquer votre concert, samedi à 15h45 (scène de l'industrie) ?
Parce que mes musiciens sont très talentueux, je le répète. Aussi parce qu'on a prévu des costumes de scène incroyables ! Et surtout... parce qu'on va jouer et chanter très fort !

Tu as finalisé ton EP à New York avec Steve Fallone (The Strokes, Sonic Youth...). Comment est-ce arrivé ?
C'est arrivé parce que Maxime Le Guil, qui a mixé l'EP, travaille régulièrement avec lui. Ca a donc été un choix plutôt évident. Mais je n'ai pas été directement en contact avec lui… J'ai juste pu admirer son travail après coup !

Une actu ? Un message à faire passer ? C'est le moment !
Oui, on joue le 12 octobre à l'International à Paris. Puis, le 21 au festival Novosonic à Dijon.

Question bonus : tu es plutôt du genre à vouloir changer le monde ou en profiter tel qu'il est ?
J'en profite clairement tel qu'il est, tout en essayant – à mon niveau –, de mener une vie en accord avec mes idéaux. Ca passe par tout un tas de choses, au quotidien notamment. Et puis, je fais partie de ceux qui croient que l'art, à défaut de changer le monde, peut lui donner un peu plus de sens, et à nous, des raisons d'avancer.





> Myra Lee



Retour à l'accueil