63. Les French CowboysUn public clairsemé et partiellement assis sous un ciel menaçant accueille les quatre membres des ex-Little Rabbits représentants de la scène... nantaise, comme leur nom ne l'indique pas. La concurrence n'est autre que Cypress Hill sur la grande scène, ce qui explique l'absence de foule compacte. Au début du moins...

Une longue intro instrumentale, lourde et planante à la fois, suivie d'un choeur bien balancé de quatre chanteuses de saloon plantent le décor. Des tentures depuis la régie dessinent une forme de chapiteau renforçant l'ambiance intimiste : le ton est donné d'emblée.

Chanson marquante, "Girl" commence dans la même veine que "L'Enfant Roi" de l'emblématique Noir Désir. Les cavaliers enchaînent avec une reprise de "Another brick in the wall" des Pink Floyd, prouvant qu'ils n'ont pas froid aux yeux. Le chanteur assume complètement son look de dandy écheveulé et le bassiste porte un chapeau de cowboy... Ca tombe bien.

L'espace s'est peu à peu rempli, malgré la pluie insistante. C'est au moment précis où la sauce commence à bien prendre qu'ils choisissent de laisser retomber la pression en proposant "une chanson baba cool-feu de camps" comme le déclare le pistolero. Peut-être est-ce une bonne leçon : ce qui est "rock'n'roll" (prononcez avec l'accent) en 2010 c'est de prendre le contre-pied de la musique attendue et dominante. Intense sans être violente, la troupe monte en puissance jusqu'à l'ultime chanson lancée avec une invitation au pogo au moment où le vent se lève.

Avec ces anciens lapins devenus garçons vachers, on ne risque pas les bousculades, certes, mais en tout cas on est assurés de passer un bon moment.

Chapeau !

 

> Site Officiel
> Myspace

Retour à l'accueil