arcade-fire.jpg"Pas évident de piocher la carte de la constance quand, pour son premier album, on touche la perfection du doigt. C’est toute la difficulté qui s’est imposée en 2007 à Arcade Fire, auteur deux ans plus tôt du monumental “Funeral”, sans conteste un des albums les plus incontournables des années 2000 tant il bravait des pics émotionnels trop rarement atteints.

Les Canadiens étaient alors grimpés si haut que “Neon Bible”, malgré quelques belles tentatives, n’a pu qu’accompagner leur descente. L’heure d’une remise en question et d’un retrait du devant de la scène s’imposait alors à Win Butler et sa bande, comme les traits tirés par la débauche d’énergie qu’il leur aura fallu puiser pour endosser définitivement le costume du grand groupe de rock qu’il est devenu.

Trois ans sont passés depuis : assez pour promettre quelques changements, comme silencieusement espérés par nombre de fans osant à peine adresser leurs critiques au mythe naissant
[...]"




> Lire la suite sur Mowno.com
> Retrouvez les live reports de Rock en Seine sur mowno.com

Retour à l'accueil