brmc3Sur l’affiche qui a été dessinée pour eux dans le cadre de Rock’Art : quatre lettres comme un symbole, tracées en gaz d’échappement, sortant de bécanes que l’on imagine américaines et rutilantes. Le gang est passé par Saint Cloud, dans un nuage de fumée…

Black Rebel Motorcycle Club : du cuir, de la sueur, et aussi des larmes puisque le concert de ce soir survient seulement une semaine après la mort de l'ingé son du groupe, père du bassiste. La scène est envahie d’un épais nuage blanc, le rock fumant mais pas fumeux des trois bikers à guitares déboule dans la plaine, dans une pétarade de riffs.

On cale ses pieds, on prend la vitesse de croisière et on se laisse emporter dans la chevauchée, bercés plus que gênés par la répétitivité de ces lignes lourdes et grasses et de cette basse grondante. Leah Shapiro, successeur de Nick Jago derrière les fûts, donne le change avec brio et nourrit de ses frappes le rock musculeux du Club, avec cette puissance sourde nouée au ventre. Le rythme ronronnant, tournant avec la régularité d’une machine bien huilée, nous projette sur la route.

Et c’est là, alors que l’on commence à savourer tranquillement  le voyage que des coups d’accélérateurs nerveux nous secouent, nous déstabilisant presque de notre selle d’herbe et de boue. La mécanique gémit dans un grincement d’harmonica et l’on reçoit en pleine tronche les lights blancs crus allumées en pleins phares, aveuglantes.

C’est bien avec ce genre de briscards que Rock en Seine mérite pleinement la première partie de son nom…


> Site officiel
> Myspace

Retour à l'accueil