26"Je suis venu avec ma femme, peut-on l'accréditer ?", "C'est possible une interview avec Massive Attack ?" ou encore "La conférence de presse, c'est à quelle heure ?" Bougez pas, respirez un coup, l'agence Ephélide a la réponse...

Sur place, elles s'occupent de tout, courent partout, téléphone(s) à l'oreille et dossiers sous le bras. Remballez vos régimes protéinés, si vous voulez perdre du poids : devenez attachée de presse d'un festival rock ! Car les journalistes se déplacent en masse, vous font le coup des yeux doux, du roucoulement de fond de gorge, du trépignement ou de la puissance de feu de tel ou tel média-qu-il-est-trop-mortel.

Et il en faut de la patience quand on voit ces grands noms retenir leur respiration, ou se rouler dans la boue en menaçant de s'immoler. Pas pour la noble cause, non, généralement pour obtenir la captation d'un concert ou l'interview d'un groupe. Heureusement, dans la plupart des cas, il n'y a pas de soucis. On trouve des solutions, on décale, on rappelle. On booke.

Incorruptibles les girls de la presse ? "Tout à fait !", nous répond-on. "Malgré tout, nous recevons quelque fois quelques cadeaux de certains médias. Généralement, ce sont des journaux régionaux..." Fichtre, mais de quoi est composé le butin ? "De vins locaux, de tomates du jardin, de rillettes... On a même eu des boucles d'oreilles !" Mazette ! De quoi monter une épicerie.

Et un média parisien, ça offre quoi, alors ? Un jambon-beurre ?

A creuser.


> Site Internet
> Groupe Facebook

Retour à l'accueil