Non, les arbres du domaine national de Saint Cloud n'ont pas de testicules, ce sont juste des sacs poubelle qui sont accrochés aux branches. Et des sacs à changer, il y en a un paquet. Mais qui s'en occupe ?
 

nullIls sont 200 bénévoles et s'occupent notamment de vendre des t-shirts, distribuer des programmes du festival, surveiller les accès sécurisés et bien sûr, nettoyer le site et changer les poubelles. Ils sont étudiants, ont une vingtaine d'années et profitent tout comme vous de l'ambiance et des concerts de Rock en Seine. C'est en partie grâce à leur travail que se balader dans le domaine national de Saint Cloud est un vrai plaisir. Et certains de ces bénévoles changent les poubelles et parfois, cela réserve quelques surprises.

Que trouve-t-on dans les poubelles de Rock en Seine ? « Des gobelets consignés ! » me dit Jérôme. « De l'alcool importé de l'extérieur aussi, du vomi, et il y en a même qui pissent dans les poubelles ! ». Non mais oh ! Depuis quand on se soulage dans les poubelles ? « Mais c'est assez rare ». Ouf ! Nos festivaliers sont quand même assez propres, pas de quoi s'affoler.

Du côté de la scène de l'Industrie, Seb et Perrine surveillent la régie technique, suspendus au dessus du public, des fois qu'il y en aurait qui voudraient grimper. Côté anecdotes, Seb me parle d'un festivalier, haussant le ton lorsqu'on lui refuse l'accès à l'allée technique: « il est devenu agressif, disant vouloir parler au président du festival, en racontant qu'en Belgique et en Angleterre, il y a des rois et que ça devrait être pareil en France ». Original !

« Il y a aussi une fille qui cherchait un endroit où faire pipi discrètement. Et elle l'a fait devant nous, sans voir qu'on était là », raconte Perrine. C'est vrai qu'il y a souvent la queue pour les toilettes des filles, mais ça, c'est un problème millénaire...

Pour résumer, être bénévole à Rock en Seine c'est entre autres vendre des t-shirts, se faire quelques deniers grâce aux gobelets trouvés, changer des sacs poubelle, rencontrer et canaliser des royalistes, mais surtout, mater des concerts mortels.

Si vous voyez des testicules sur les arbres, ne prenez pas le volant ce soir…

Retour à l'accueil