Les écossais de Dananananaykroyd ne se contentent pas de répétitions dans leur nom mais aussi sur scène. Deux batteries, deux guitares et deux chanteurs. Le pauvre bassiste doit se sentir bien seul le soir parfois. Ces jeunôts n'ont aucun complexe. Une devise : faire une musique de véritables fous furieux. Lançant leur "Watch this" suivi "Pink Sabbath", les beaux diables se déchaînent. Rien à voir avec la version Black de Ozzy Osbourne. Ici tout est fête et énergie.


Plutôt que de rester dans leur garage de Glasgow à jouer avec de la "Black Wax", ces "Magnificent Seven" préfèrent se défoncer sur scène. Et le public en redemande encore et encore. Beau soleil, méga énergie. L'ambiance décolle. Les lancers et les tourniquets de micros s'enchaînent, ne donnant aucun répit au public pour reprendre son souffle.

Les deux chanteurs s'affrontent dans de gentilles battles où le vrai gagnant est le public qui part alors en headbanging. Ils s'envolent ensuite sur des voix plus aériennes non sans rappeler les flamands roses. Peut-être un écho au dernier morceau d'Ebony Bones qui a donné une excellente version de "Another Brick in The Wall" sur la Grande scène ! Enfin, les écossais s'amusent avec la foule. Chaque chanteur prend une moitié du public pour équipe. Attention "It is gonna be a fight". Mais à la sauce Dananananananananay..kroyd (oups, il y en a trop). Alors "One, Two, Three... Free Hugs". C'est alors que les membres du public se tombent dans les bras. Se sentant moitié couillons et moitié hilares, le moment est unique.

>
Page Myspace

Retour à l'accueil