16h15. Le sympathique londonien Just Jack vient d'ouvrir les festivités sur la Grande Scène avec sa pop décontracte matinée d'hip hop, de disco et de reggae, montrant au passage qu'il n'est pas l'éphéméride estampillée sous-Mike Sinner soft que son deuxième album tubesque ultra buzzé en 2007 laissait présager. Mais plutôt un songwriter, un vrai, ainsi qu'un homme de live. Oui clairement, aujourd'hui, comme on dit, il a fait le job. Les compos de son dernier album, All Night Cinema, n'ont pas dépareillé à côté de celles d'Overtones - Writer's Block, Glory Days, Starz In Their Eyes - et sa bonne humeur de boy next door a fait se lever les bras. 16h15 donc, place à Keane.

nullSur la Scène de la Cascade, les auteurs de Somewhere Only We Know avaient tout à prouver. Parce que Keane, comme dirait Bruno, c'est tellement 2004. A l'époque ils étaient unanimement célébrés, dans la foulée de Coldplay, comme les sauveurs de la couronne stadium rock à cœur d'artichaut. Leur angélisme s'était vendu par millions, par deux fois même - rebelote en 2006. Forts de plusieurs tubes à faire pleurer dans les chaumières, ils avaient même accompagné le messie U2 en tournée. Mais voilà, en 2009, au terme de trois albums, ils font déjà figure de vieux groupe. Le chouette virage Dancing Kean de leur petit dernier, Perfect S-y-mmetry, n'y change rien. Leur créneau musical de gentils garçons pas sex pour un sou est devenu irrémédiablement has been. C'est comme ça : aujourd'hui la jeune fille moderne craque plus pour MGMT. D'où leur peut-être leur présence sur la petite scène. Ce qui ne les a pas empêché de se donner à fond !

Entouré comme d'habitude de Tim Rice-Oxley au piano - LE songwriter du groupe - Richard Hughes à la batterie et, nouveauté, Jessie Quin à la basse, Tom Chaplin, le chanteur, n'a pas ménagé ses efforts. Moulé dans une tenue sportswear 80's très Billy Sport Billy qui ne cachait rien de sa nature de faux jeune et de nouveau maigre récemment sorti de rehab, rouge pivoine en deux secondes douze, le poussin british n'a pas arrêté de bouger partout, montant sur les retours et ponctuant son chant à grands coups de poing en avant, genre je suis un héro. "Tous avec moi, et on y arrivera !" "Wrapped yourself around me !" n'hésite-t-il pas à s'époumoner sur Perfect Simmetry. Cette révolte de Bisounours était malgré tout touchante. D’autant plus si vous avez de la midinette en vous.

Retour à l'accueil