Chaque jour, au stand Converse, outre le fait de pouvoir se grimer en hardeux pour se faire shooter à l'effigie des pochettes mythiques du genre, les festivaliers peuvent tout simplement se faire tirer le portrait par un photomaton.

nullSi leur photo est tirée au sort et diffusée sur l'écran géant de la Grande Scène, ils ont le droit de faire une petite visite backstage entre 19h15 et 19h45. Vendredi, parmi les 12 vainqueurs, deux amies : Véronique, 25 ans, "future photographe", et Anaïs, 24 ans, "future prof de français pour les étrangers". Elles témoignent de l'envers du décor.

Ex-grenobloises tout juste installées à Paris, pour leur premier Rock en Seine, Véronique et Anaïs étaient vraiment venues pour les concerts, notamment Vitalic et Keane, qui pour elles "ont vraiment déchiré !". Mais grâce à une "photo débile" elles ont décroché 30 minutes de ballade en backstage. Elles ont sillonné l'espace VIP, l'espace des artistes, vu le chapiteau où ce soir était censé se passer un set DJ, noté que Oasis avait deux loges séparées - apparemment ça n'a pas suffi - aperçu le chanteur de Bloc Party, maté un bout du concert des Vampire Weekend près du côté du Samu et des journalistes.

Rien vu de très croustillant malheureusement, pas d'artiste de sortie. "Ils nous ont dit que les artistes étaient des spécimens spéciaux, qu'il ne fallait pas trop les embêter si on en voyait, ne pas faire nos groupies hystériques" lâche Anaïs. "Nous n'en aurons pas eu l'occasion car malheureusement, beaucoup étaient dans leurs gros bus de tournée". Qu'est-ce qui les a fait rêver alors ? Véro a été éblouie par le coin repas des artistes : "Ce qu'ils mangeaient avait l'air sympa, c'était des trucs genre indiens, avec des petites bougies tout partout."

Retour à l'accueil